30 novembre 2021

Et si on parlait de mes collages: moi aussi j' emballe!

 

Hizelaya continue une série de trente collages, commencée il y a 10 ans. 

Elle a regardé les collages de Georges Braque et d’Henri Matisse, et elle a été surement influencée.Les premiers collages réalisées par Hizelaya en 2010 étaient inspirés du rejon (corrida à cheval).On découvre des amazones , des chevaux, des torero aux drôles d’allure.Elle a réalisé les 4 derniers collages à partir de tissus de décoration Pierre Frey, Nobilis, Toile de Jouy, qu’elles malaxe, griffe et brule avant de les coller.Elle introduit d’autres sujets notamment la place de la femme, l’égalité hommes - femmes.Séduite par le projet d’emballage de l’Arc de triomphe de Christo et Jeanne-Claude (qu’elle a pu en suivre en direct de son atelier proche de l’Arc de Triomphe), elle en a réalisé un étonnant collage.Son format est systématiquement de 0,60/0,90 m. La contrainte qu’elle s’est donnée est devenue au fil des années un bien-être.Hizelaya connaît toutes les petits recoins de cet espace, ses qualités, comme ses défauts.Ses fonds ne sont qu’unis et souvent vifs.Le personnage ou sujet est placé de telle manière qu’il laisse un espace vierge favorisant le dialogue entre le médium (la toile) et le regardeur.

30 novembre 2021

Inauguration de la Fresque Graffitti au pays basque

 

Gaité, mouvement,  couleurs, éclats de rire,…l’inauguration de la fresque sur le château d'eau organisée par Mathieu et Valérie André a été très appréciée. Les artistes hauts en couleur: Joris Delacour, Mahaut Monnoyeur, Hizelaya et Pol Mortier

Les artistes présents, Joris Delacour, Hizelaya, Mahaut Monnoyeur, et Pol Mortier ont expliqué leur philosophie et leur technique auprès d’un public nombreux.

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;}

Dans un petit coin de verdure entre la Rhune et la mer, au pays basque, une maison bourgeoise juchée sur une colline domine un paysage paisible et féérique. 

Un mur de béton gris rompt cette harmonie. Plutôt que de tenter de le cacher dans la végétation, les maitres des lieux décident de le sublimer par une fresque murale audacieuse de 8x4 m 

Une petite fille écarte un rideau et découvre un taureau de corrida furieux qui jaillit du toril poursuivi par la vague géante mythique, la belharra, et quitte un fond ou s’entremêlent le ciel étoilé, le chien de la famille, le nom du bateau familial, les surnoms des commanditaires, le drapeau basque, une planche de surf …bref tant de références à une famille à la fois classique et déjantée. 

C’est l’œuvre de deux artistes Joris Delacour et Hizelaya accompagnés par l'enthousiasme de Mahaut Monnoyeur et Pol Mortier qui proclament tous en basque en se référant à Malraux que "l’avenir sera féminin ou ne sera pas". 

Bravo, Il fallait oser ! 

Bansky n’est pas loin !

24 septembre 2021

Ma prochaine expo collective: les monotypes sur le thème des nuages : du 8 au 29 octobre

Très Cher(e)s Ami(e)s,Mon amie Stéphanie Peyrissac vous invite à une exposition du 7 au 24 Octobre où plusieurs excellents artistes ont créé sur ce thème inépuisable, constamment renouvelé et toujours émouvant: LE NUAGEJe suis ravie d’y participer en poursuivant mon travail sur les monotypes.Le sujet était nouveau pour moi.Les artistes Man Ray et Paul Klee ont été des guides précieux dans cette recherche relatée dans le Carnet d’Etudes qui sera présenté.Nous vous attendons le jeudi 7 Octobre pour le vernissage à partir de 17h. Venez avec vos amis.L'expo se termine le 29 octobre.Ci-joint le lien vers une petite vidéo de présentation de mon travail et mes inspirations.  P.S. voici le lien vers une joyeuse vidéo de la fresque 'GRAFFITTI' que nous avons réalisée et personnalisée avec Joris Delacour, ma fille Mahaut et Pol Mortier pour une adorable famille d’amis du pays basque.L’invitation de Stéphanie Peyrissac: 9 avenue de Lamballe à ParisAbrazo muy fuerte!HIZELAYAwww.hizelaya.frhizelaya.leblog.frinstagram.com/hizelaya.fr/+33 6 09 87 20 65
14 septembre 2021

COLLECTIF: Hizelaya interprète BANKSY Voie lactée, taureaux, allez... un café et l'addition, what else?

UNE OEUVRE COLLECTIVE ESTIVALE ET BASQUE: Banksy ré interprété par Joris Delacour et Hizelaya avec l aide de Mahaut Monnoyeur et Pol Mortier.

 

 

Dans un petit coin de verdure entre la Rhune et la mer, au pays basque, une maison bourgeoise juchée sur une colline domine un paysage paisible et féérique. 

Un mur de béton gris rompt cette harmonie. Plutôt que de tenter de le cacher dans la végétation, les maitres des lieux décident de le sublimer par une fresque murale audacieuse de 8x4 m 

Une petite fille écarte un rideau et découvre un taureau de corrida furieux qui jaillit du toril poursuivi par la vague géante mythique, la belharra, et quitte un fond ou s’entremêlent le ciel étoilé, le chien de la famille, le nom du bateau familial, les surnoms des commanditaires, le drapeau basque, une planche de surf …bref tant de références à une famille à la fois classique et déjantée. 

C’est l’œuvre de deux artistes qui proclament en basque en se référant à Malraux que l’avenir sera féminin ou ne sera pas. 

Bravo, Il fallait oser ! 

Bansky n’est pas loin !

27 juin 2021

Magnifique publication sur Hizelaya cet été dans le Patrimoine Pays Basque

 

La pelote basque et les peintres Hizelaya un très bel article de ROBERT POULOU

« Mieux connaître la pelote basque par la peinture... et inversement ! »

Peu de femmes peintres se sont intéressées à notre sport favori. Patrimoine Pays Basque & Histoire(s) a déjà mis en exergue Clémentine-Hélène Dufau, artiste du siècle dernier, décoratrice d’Arnaga et de la Sorbonne, séduite par le jeu de Chiquito de Cambo. Place aujourd’hui à une peintre contemporaine, Hizelaya.

Du nord…

Elle est née à Roubaix en 1956. Son père, Philippe Derville, est artiste peintre. Elle étudie la peinture et le dessin aux Beaux-Arts de Roubaix. Ses études terminées, elle s’investit à Paris dans la communication et la création publicitaire, domaine dans lequel elle va évoluer pendant dix ans. Mais depuis de nombreuses années Hizelaya est aussi tombée sous le charme de la Côte basque, avec une prédilection pour les paysages d’Ascain, d’Urrugne et de la Corniche. Sa participation à de nombreux salons locaux au cours de ces dernières années en témoigne.  

 

 

Hizelaya primée à Mendionde avec « Le château de Garro ». 

PRINTEMPS 2021

Tryptique : Partie de pelote à Urrugne. (150/250 cm)

Au sud… Depuis 1996, Hizelaya se partage entre son atelier parisien, à une enjambée de l’Arc de Triomphe, et son atelier au pied de la Rhune, à Ascain. En 2000, elle y plante sa boîte de couleurs et trouve son « écriture » dans ce paysage magnifique. C’est un ami, le peintre Philippe Real del Sarte, qui l’incite à aller de l’avant. En 2004, ils exposent ensemble dans ce lieu mythique qu’est la maison de l’Infante à Saint-Jean-de-Luz. Depuis lors, elle a exposé régulièrement à Paris, bien sûr, mais aussi à la chapelle des Récollets et à la tour de Bordagain à Ciboure, dans une galerie de Saint-Jean-de-Luz et tout récemment encore à Biarritz, aux serres de la Milady. En 2014, elle reprend une formation aux ateliers des beaux-arts de Paris dans l’atelier de Gonzalo Belmonte. De la corrida… Son thème favori, c’est le rejon, la corrida à cheval. À l’origine de ce travail, un choc émotionnel lors d’une corrida aux arènes de Bayonne, le 5 août 2006. Ce combat face au taureau symbolise pour Hizelaya son combat victorieux pour la vie face à la maladie. « J’ai beaucoup lu, je me suis documentée, j’ai dessiné mille fois toutes les postures du cheval en travaillant au Louvre sur les tableaux de Géricault. Je ne peins pas ce que mes yeux voient ; je peins mes émotions. Mes mains prennent le pouvoir, bataillent avec mes couteaux, mes pigments, du sable… Je ne deviens plus qu’un automate qui livre sur la toile son subconscient. Je me concentre sur la tension, le mouvement et la vitalité. » La tauromachie.

Pelotaris sur toile Artiga. 

 

 

 

La peintre et Me Lelièvre, commissaire-priseur à Saint-Jean-de-Luz. 

À la pelote basque… Et la pelote alors ? Les quelques lignes précédentes peuvent s’y appliquer car, après la corrida, Hizelaya ne pouvait qu’être séduite par notre sport favori qui, lui aussi, allie force et élégance esthétique, souplesse et gestuelle chorégraphique. « Oui, j’ai été séduite par les différentes spécialités de pelote basque qui se caractérisent toutes par des gestuelles, des attitudes, des postures propres mais chaque fois différentes. J’ai commencé par la cesta punta bien sûr mais je me suis efforcée ensuite de “pénétrer” davantage dans ce petit monde, fréquentant aussi les frontons place libre et les trinquets !Belles sources d’inspiration. » Ramiro Arrue, Floutier et surtout Tobeen lui ont fait découvrir les différentes représentations artistiques de notre sport, au-delà des variantes et des subtilités respectives. Site Internet : www.hizelaya.fr. Le Toréador. Pelotaris à la Tobeen, Pelotaris au repos, les fresques de pelotaris...